Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 18:23

Attention à qui vous fréquentez, vous pourriez attraper le bonheur. C’est la conclusion d’une étude publiée ce vendredi par le British Medical Journal: le bonheur peut se propager entre voisins, frères et sœurs, conjoints.

Les coauteurs de l'étude, Nicholas Christakis, chercheur à Harvard, et James Fowler, de l’université de Californie, sont des spécialistes des contagions sociales: ils ont déjà étudié la façon dont l’obésité et la capacité à arrêter de fumer se propageaient entre proches.


Leurs dernières conclusions: quand une personne devient heureuse, les chances qu’un ami, frère ou sœur, conjoint, ou voisin direct le soit aussi augmente de 8 à 34 %. L’effet se poursuit jusqu’à trois degrés de séparation, et le bonheur de quelqu’un peut affecter celui d’une autre personne jusqu’à un an.

Attention: le bonheur n’est pas contagieux entre voisins de bureau et quant au voisinage, ces résultats ne s’observent qu’entre voisins immédiats, cela ne marche pas pour ceux qui habitent à l’autre bout du pâté de maison.


Ouf, le malheur s'attrape moins facilement


Le bonheur, c’est que le caractère contagieux du malheur est lui moins prononcé. Connaître quelqu’un de malheureux n’augmente les chances de l’être que de 7 %.

Doù la conclusion que livre Nicholas Christakis à l’International Herald Tribune:

"Votre bonheur ne dépend pas seulement de vos choix et actions, mais aussi de ceux de gens que vous ne connaissez pas, et qui peuvent être à deux ou trois degrés de séparation de vous."

En comparant à une autre étude déjà menée, James Fowler fait remarquer au Washington Post que le bonheur d’un ami a plus d’impact sur les chances d’être heureux de quelqu’un qu’une augmentation de 5000 dollars.


Critiques méthodologiques


L’étude de Christakis et Fowler s’appuie sur l’analyse de données collectées pendant plus de vingt ans auprès de 4700 personnes à Framingham (dans le cadre d'une plus large étude, la Framingham Heart Study) dans le Massachusetts, mais leurs conclusions ne font pas l’unanimité.


Le même numéro du British Medical Journal publie une critique de leurs travaux par deux chercheurs (Ethan Cohen-Cole, un économiste de la Federal Reserve Bank of Boston, et Jason Fletcher, de la Yale School of Public Health) qui font remarquer qu’avec les mêmes méthodes, on pourrait aussi conclure que l’acné, la taille d’une personne ou le mal de tête sont contagieux.


Alors que les données peuvent montrer que des personnes connectées peuvent partager ces conditions, si c'est le cas, c'est d'abord parce qu'elles vivent dans des environnements similaires.


La contagion du sourire Facebook


Christakis et Fowler assurent avoir écarté ces biais là. Ils font remarquer que d’autres travaux corroborent les résultats de leur recherche. Par exemple, sur Facebook, les gens qui sourient sur leur photo ont plus d’amis sur le réseau social et comptent parmi leurs amis une plus grande proportion d’amis souriant.

Pour les deux chercheurs, ces résultats sont riches d’implications sociales. Leur étude montre que les émotions ont des existences collectives, elle explique aussi pourquoi les enquêtes qui comparent le sentiment d’être heureux d’un pays à l’autre peuvent donner des résultats différents.


Plus concrètement, puisque des recherches ont déjà montré des corrélations entre le fait d’être heureux et la mortalité ou la maladie, connaître cette capacité de contagion pourrait être un outil de santé publique.

Le duo a encore d’autres sujets de possible contagion en cours de surveillance: la dépression, la solitude et l'alcoolisme.

 

http://www.rue89.com/et-pourtant/2008/12/06/comme-le-baillement-ou-la-grippe-le-bonheur-est-contagieux

Partager cet article

Repost 0
Published by Perceval - dans Psychologie
commenter cet article

commentaires

Rechercher



«En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu'il nous voit bien différent de ce que nous croyons être.»

«Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l'extérieur comme un destin.»

«La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur.»
[ Carl Gustav Jung ]