Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 14:25








Ohio, États-Unis - La place réservée au cerveau à l'intérieur de la boîte crânienne de dinosaures prédateurs comme le Tyrannosaurus rex aurait été très inférieure à celle réservée à des poches d'air, selon les scientifiques.


Lawrence Witmer et Ryan Ridgely, chercheurs à l'université de l'Ohio, ont examiné le crâne de cinq espèces de dinosaures, parmi lesquelles le célèbre T. rex, et modélisé en 3D les différentes cavités, distinguant celles réservées à l'encéphale de celles abritant différents volumes d'air.


Les conclusions de leurs observations sont que le volume occupé par l'air dans le crâne des dinosaures était beaucoup plus grand que celui réservé à leur cerveau.


"On sait depuis longtemps que les dinosaures avaient des cerveaux relativement petits, et on plaisantait souvent sur leur tête vide. D'une certaine façon, c'est la vérité", explique Lawrence Witmer.


Pour les chercheurs, ce volume d'air crânien pouvait alléger le poids de la tête des lézards géants de 18%. Une tête de T.rex, dont le poids est estimé à 500 kilogrammes, aurait ainsi pesé 90 kilos de plus sans air. Le volume économisé par les poches d'air aurait pu favoriser le déplacement rapide des dinosaures prédateurs, augmenter la vitesse de leurs attaques et donc, les rendre encore plus efficaces.

 

 

http://www.maxisciences.com/dinosaure/en-images-le-crane-des-dinosaures-contenait-plus-d-039-air-que-de-matiere-grise_art291.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Perceval - dans Archéo-Paléo.
commenter cet article

commentaires

Rechercher



«En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu'il nous voit bien différent de ce que nous croyons être.»

«Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l'extérieur comme un destin.»

«La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur.»
[ Carl Gustav Jung ]