Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 12:44

Bouquins


La sexualité des gens heureux, Pascal de Sutter, éd Les Arènes.



Selon Freud, les gens heureux n’ont pas de fantasmes érotiques, risque de névrose oblige. Heureusement, les temps ont changé. Nouveau précis de grammaire fantasmatique.

Combattre et résister avant de céder et d’être excitée par les avances d’un homme. Jouir dans la bouche d’une femme en dessous vermeil… Plus de 90 % des hommes et des femmes ont, de temps à autre, des fantasmes érotiques ; comprenons, des pensées susceptibles de provoquer de l’excitation sexuelle. Chez 55 % des messieurs et 42 % des dames, les images érotiques occuperaient même 10 % de leur temps. Interrogés sur la nature de leurs pensées des 5 dernières minutes, 9 % des hommes et 5 % de femmes (âgés de 14 à 55 ans) mentionnent des idées sexuelles. C’est dire si notre imaginaire érotique compose.


Formule générique


Mais il ne joue pas pour autant la sophistication. En effet, les enquêtes sur le contenu de nos fantasmes dégagent une certaine banalité : la majorité d’entre eux portent sur la simple copulation par voie naturelle, comme « faire l’amour dans la nature ». Par contre, l’imaginaire érotique se spécialise en masculin et en féminin. Si les hommes fantasment d’abord sur un visuel et sur des détails anatomiques, les femmes, elles, imaginent des scénarios sexuels plus élaborés, dans lesquels l’enchaînement, l’ambiance, le contexte et les préliminaires prennent une place importante. Elles seraient en outre plus centrées sur leurs propres réponses physiques et émotionnelles. Comme l’analyse Pascal de Sutter, sexologue, les fantasmes féminins sont plus de type « exhibitionnisme/soumission » : être vue pendant qu’un homme me fait des choses. À l’inverse, les fantasmes masculins sont plus de type « voyeur/domination » : être occupé à regarder une femme à qui je fais des choses. Les fantasmes de l’un et de l’autre sont donc souvent complémentaires. Les éventuelles incompatibilités se situeraient surtout dans les expressions fantasmatiques les plus extrêmes : agressivité et hypergénitalité pour Monsieur ; sentimentalisme et hyperromantisme pour Madame.


Heureuse déclinaison


Les spécialistes n’ont de cesse de le dire : les fantasmes peuvent enrichir la sexualité. Oui mais, comment ? Car un fantasme n’est pas l’autre. Il y a ceux que l’on aurait envie de vivre, et puis les autres qui, bien qu’excitants, resteront des scénarios imaginaires. Concrètement, l’on gagnerait à incarner les premiers – dans le respect d’autrui, évidemment. Étude à l’appui. Des femmes y ont été invitées à réaliser une série d’idées érotiques, choisies par elles-mêmes ou inspirées d’une liste. Il s’agissait de scénarios réalistes à vivre avec leur partenaire : masturbation mutuelle, amour au travail… Résultat : malgré une appréhension à l’idée de vivre ses fantasmes, chez toutes les participantes, le niveau de satisfaction sexuelle était plus haut après avoir concrétisé l’un d’entre eux. La nuance étant qu’il n’avait jamais été question d’expériences extrêmes. Tout l’art consisterait donc à nourrir des thèmes érotiques plutôt softs, mais en ne négligeant pas une pointe d’audace et d’originalité. De toute façon, l’on devine que bien des fantasmes seraient très décevants s’ils devenaient réalité. Et justement, à propos de ce type de fantasmes moins réalistes, les sexologues nous invitent à les cultiver en pensée, pour raviver le désir, booster l’excitation, ou favoriser l’orgasme. Tout un programme. À expérimenter tout au long de l’année.


Human sex differences in sexual psychology and behavior, Annual Review of Sex Research, 2001.

La sexualité des gens heureux, Pascal de Sutter, éd Les Arènes.



Interprétation des rêves


Contrairement aux idées reçues, les rêves érotiques ne relèvent pas d’un désir inconscient. Explication à la lumière des neurosciences : durant le sommeil, le cerveau est en mode de fonctionnement réduit. Il se « contente » alors de télescoper différents éléments traités récemment : émotions (excitation à la vue de son partenaire), faits (ex : visite chez le vieux voisin), préoccupations (il faut nettoyer la cuisine)… Si le rêve subséquent peut former un tableau cohérent (faire l’amour avec le vieux voisin sur une table de cuisine sale), sa signification ne correspond pas pour autant à un désir réel.

©Lesoir

Partager cet article

Repost 0
Published by Perceval - dans SEXO
commenter cet article

commentaires

Rechercher



«En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu'il nous voit bien différent de ce que nous croyons être.»

«Ce qu'on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l'extérieur comme un destin.»

«La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur.»
[ Carl Gustav Jung ]